Partager sur

La vacance des logements


Publié le 22 octobre 2018

En huit ans, le pourcentage des logements vacants a augmenté de 6,9 % à 8,4 % au niveau national d’après l’INSEE.

Il est en 2017, de 8,65 % en province et de 9,2 % dans les villes de moins de 100.000 habitants, voire de 12,5 % pour les immeubles collectifs de ces mêmes communes, alors qu’il est de 6,1 % en agglomération parisienne.

Malheureusement, les logements vacants ne sont souvent pas situés dans des zones où les personnes désirent habiter notamment en raison d’une mauvaise répartition  des activités sur le territoire, de la désindustrialisation, des crises économiques débutées en 2008 et de l’intérêt pour les grandes villes.

La tension sur le marché du logement s’exerce donc surtout dans les grandes villes. LE PARTICULIER classe à ce titre Marseille comme une ville où investir, de par son attractivité, mais également la rentabilité supérieure à la moyenne nationale de son marché locatif.

La rentabilité moyenne brute y est, à fin 2017, de 6,3 %.

Adhérents

Se connecter