Partager sur

Le marché locatif privé : le comportement des loyers


Publié le 22 octobre 2018

La tendance nationale
En 2017, l’activité du marché locatif privé a reculé en France, et le nombre de nouveaux baux signés a diminué de 5,4 % selon Clameur.

Les loyers de marché ont diminué de 0,1 % alors que le rythme de l’inflation a assez nettement rebondi. Les loyers de marché, hors inflation, ont donc reculé de 1,3 % en 2017.

Dans le secteur privé, en 2017, la mobilité résidentielle des locataires du secteur privé, s’est dégradée.

Le taux de mobilité résidentielle des locataires s’est établi à 28,3 % sous sa moyenne de longue période à 28,6 %.

En moyenne, de 2013 à 2017, les loyers ont progressé de 0,3 % par an sur l’ensemble du marché français, soit à un rythme légèrement inférieur à celui de l’inflation.    

Dans sept grandes villes dont Marseille, Toulon, Saint-Etienne, Grenoble, Angers, Le Havre, Rennes (35 % des plus de 148.000 habitants), les loyers de marché ont reculé depuis 2013.

En 2017, lors de relocations, les loyers ont baissé sur Marseille de 1,4 % et sur Lille de 1,6 %.

Les loyers baissent partout et de façon plus importante à l’occasion du changement de locataire, lorsque les relocations sont faites sans travaux, par exemple : baisse de 5,5 % sur Paris et même de 8,7 % sur Marseille en l’absence de travaux.

Au cours des premiers mois de 2018, la mobilité des locataires du parc privé s’est rehaussée comparativement au second semestre 2017. C’est un taux de mobilité élevé à 30,6 % qui s’affiche au 1er bimestre 2018. La hausse des loyers d’établit à 0,8 % sur la même période, France entière.

Même si le marché n’a pas retrouvé sa vigueur d’antan, la progression des loyers de marché se redresse assez nettement depuis le début de l’année 2018.

Les loyers de l’agglomération Aix-Marseille

Clameur analyse 24,5 % des baux signés chaque année sur le département soit 1 bail sur 4.

Marseille se caractérise par un marché de logements plutôt petits (22,0 % de T1 et 34,2 % de T2), tout comme le département des Bouches du Rhône, même si la ville dispose aussi d’une capacité de réponse à la demande de logements familiaux (3 et 4 pièces).

La mobilité résidentielle est en amélioration depuis l’automne 2014 : 19,0 % en 2017 contre 16,5 % en 2014. Le taux de mobilité marseillais est néanmoins en retrait de 36 % par rapport à la période 1998-2004.

Sur un marché assez atone, les loyers de marché ont rapidement reculé en 2017 à - 1,9 %. Depuis le début 2018, après deux années de reprise de l’inflation, les loyers ont rebondi à + 2,7 %.

Les loyers de marché moyens en 2018 s’élèvent à 12,4 €/m², chiffre qui varie en fonction de l’emplacement, du type et de la qualité des biens.

Le loyer moyen des villes environnantes, en février 2018, était au m² de :
16,2 €/m² pour Aix en Provence
12,5 €/m² pour Carnoux en Provence
16,7 €/m² pour Cassis
12,5 €/m² pour Plan de Cuques
12,6 €/m² pour Vitrolles
12,4 €/m² pour Aubagne

Adhérents

Se connecter